Faites votre épicerie comme une nutritionniste. 

À l’épicerie, on se casse la tête pour faire des choix, les meilleurs choix possible pour bien se sentir. J’ai bien des amis qui m’envient et qui se disent que ça doit être facile pour moi de faire mon épicerie… comme nutritionniste, je sais reconnaître les pièges, mais je ne suis pas parfaite ! ( pour ceux qui me suivent ici sur Facebook, je vous ai fais des belles confidences cette semaine…)

Bien manger, c’est faire des choix.

Manger moins de gras, moins de sucre, plus de fibres, plus de protéines…C’est bien, mais qu’est-ce qu’on met dans notre panier d’épicerie pour y arriver?

Pour vous faire profiter de mon expertise de nutritionniste, j’offre maintenant un service personnalisé pour vous accompagner dans vos choix. Faire votre épicerie avec moi, une façon de déjouer le marketing alimentaire et faire les meilleurs choix pour vous, selon vos goûts et votre réalité ! Comme un entraineur privé, je vous transmets mes connaissances et ma passion pour bien manger. Pour les informations, c’est par ici.

Voici 5 trucs à mettre en pratique en attendant notre première rencontre :

1.Faites un menu pour les prochains jours et une liste d’épicerie.

Je ne suis pas maniaque des listes, je ne sais pas exactement ce que je mangerai à chaque repas, mais je planifie les repas de la semaine pour avoir les bons ingrédients au moment de préparer les repas. Il faut revoir notre façon de faire notre menu, moi je commence avec les légumes en rabais, et je leur trouve un accompagnement.

Des brocolis=»sauté, des poivrons=» mexicain, chou-fleur=»gratin.

 

2. Évitez les promesses trop belles. IMG_3173

Des pâtes de légumes…ce n’est pas parce que l’emballage est vert ou que les nouilles sont vertes et orange qu’on peut parler de portions de légumes ! La quantité de légumes ajoutés est minime. Il vaut mieux servir des pâtes accompagnées d’une vraie portion de légumes à croquer.

 

3. Favorisez les fibres

On parle tellement de l’importance de manger plus de fibres qu’on a l’impression qu’il y a un concours…quelle compagnie réussir à ajouter le plus de fibres dans ces barres tendres ? Pour une bonne barre tendre, regarder la liste des ingrédients, si on y retrouve des céréales de grains entiers, c’est vraiment intéressant. Si on retrouve de la fibre de balle d’avoine, c’est pas mal moins intéressant.

4. Oubliez les calories IMG_0776

C’est la dernière chose que je regarde sur l’étiquette de valeur nutritive. Je veux plutôt savoir ce que je mange et si ça va me nourrir. Il faut arrêter d’avoir peur des calories, les calories nous nourrissent. Vous pouvez lire ma chronique les divines calories ici.

 

5. Choisissez petit format

La perfection n’est pas de ce monde….Lorsqu’on achète des gâteries, on choisit des petits emballages plutôt que des formats entrepôt. On savoure, on déguste, une portion raisonnable.

À l’épicerie, tout est une question de choix et d’équilibre. Il faut balancer le contenu de notre panier pour que globalement on atteigne nos objectifs santé. Comme nutritionniste, je suis là pour vous accompagner, pour vous aider à voir clair dans toutes les informations qui circulent et retenir ce qui fera une différence et oublier les règles qui ne font que nous compliquer la vie. Et surtout, il faut que bien manger soit bon et agréable !

Pour connaître tous mes services comme nutritionniste, visiter la page consultation ici

Pour me suivre sur Facebook c’est ici 

 Chantal Poirier DtP est Diététiste Nutritionniste membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec depuis plus de 20 ans. 

Biscuits aux cocos 

 A Pâques, on croule sous les cocos.

A Pâques, on partage.

On visitait des amis hier après-midi, on arrive pas les mains vides le jour de Pâques. J’ai donc cuisiné rapido-presto des biscuits. D’ailleurs, on m’a demandé comme je fais pour inventer des recettes….

Voici mon secret: souvent je modifie plusieurs recettes, je fais des tests avec des quantités différentes d’ingrédients.

 

Pour cette recette rapide, j’ai pris une recette bien connue de notre Ricardo!   Les galettes à l’avoine! Celle-ci 

Je l’ai modifié, car elles sont délicieuses, mon objectif étant de diminuer le ratio de sucrerie post-coco de Pâques.  L’étape cruciale est évidemment de demander à vos enfants d’investir 3/4 de tasse de coco de Pâques dans les merveilleux biscuits!

Pour les restes: j’ai modifié la quantité de cassonade et de beurre: J’ai mis 1/2 tasse de cassonade, 1/2 de huile, et 1/2 de compote de pomme pour compléter, sans oublier les cocos, légèrement coupés. Le reste des ingrédients et la façon de faire, j’ai suivi les conseils de Ricardo!

  

Suivez ma page Facebook pour ne pas manquer mes inspirations santé! Et je vous lance le défi de faire le grand ménage du printemps dans vos habitudes alimentaires. Suivez-moi!

Vous voulez savoir les services que j’offre comme nutritionniste, visitez la page consultation pour les détails.

De l’énergie, version barres ou boules! 

Sur ma page Facebook, j’ai piqué votre curiosité en annonçant que je cuisinais pour une chronique télévisée!

La journaliste m’a demandé des idées pour apprivoiser les légumineuses…. nous avons cuisiné deux recettes ( voir l’émission) voici ma recette de boules d’énergie. Une recette qui évolue, je pense que la version barre pourrait être très populaire.

Et pour tous dire, ici ça se mange même à la cuillère, comme de la pâte à biscuits!

Il faudra :

1 boîte de pois chiche ( 540 ml),  égouttée et rincée.

180 ml ( ¾ tasse) beurre d’arachide

125  ml (1/2 tasse) de sirop d’érable 

7ml  ( 1/2 c soupe) de vanille

500 ml  ( 2 tasses) de gruau

125 ml (1/2 tasse) de brisures de chocolat

Débuter par réduire le gruau en farine, placer le gruau dans votre robot culinaire, mélanger pour réduire votre gruau en farine. L’objectif est de réduire la grosseur des grains de gruau. Réserver dans un bol.

Continuer avec le robot, mélanger les pois chiches, le beurre d’arachide, le sirop d’érable et la vanille. Réduire le tout pour obtenir un mélange onctueux. Il faut être patient, mélanger quelques minutes en prenant soin de racler les côtés du robot à quelques reprises.

Ajouter la purée de pois chiches au gruau, ajouter les brisures de chocolat. Bien mélanger pour ensuite en faire des boules.

Cette recette n’a pas besoin de cuisson, donc faites des boules de la grosseur d’une bouchée.

J’ai aussi essayée de faire des barres, on peut les faire à la main comme les boules. Si votre mélange est trop collant, je vous suggère de passer vos boules dans un mélange d’arachides broyées, ou de gruau.

Pour des barres, on peut aussi tapisser un plat de papier parchemin ( pour permettre de démouler plus facilement), étendre le mélanger, le presser légèrement. Laisser refroidir au frigo environ 30minutes, couper, emballer, déguster.

 

En terminant, je remercie mes collègues qui ont testé les versions préliminaires et m’ont donné des commentaires très positifs! 😉 

Garder au réfrigérateur, durée de conservation environ 1 semaine.

Se congèle bien, vous pouvez ensuite prendre la portion que vous souhaitez.

Si vous prenez de l’avoine certifier sans gluten, les gens avec la maladie coeliaque pourront en profiter.

Pour d’autres idées, suivez moi sur les réseaux sociaux, surtout,sur facebook ici

Je suis nutritionniste membre de l’Ordre des diététistes du Québec, pour connaître mes services je vous invite à suivre ce lien.

La liste de mon été.

IMG_2920

J’ai toujours beaucoup de projets en tête. Mon père me compare à du pop corn, les idées et les projets qui éclatent une après l’autre !

Je devrais probablement faire des listes plus souvent…il parait qu’on retire un certain plaisir à railler les réalisations sur notre liste.

Au début de l’été, je fais souvent une liste avec les enfants d’idées de ce qu’on voudrait faire pendant l’été. On a droit d’y mettre les idées les plus folles, ce n’est donc pas une liste de chose à faire absolument, mais on ne sait jamais où le vent peut nous pousser. Je tiens ça de mon père, on a toujours eu droit de faire les plans les plus fous…Parfois ça se réalise. Mon petit côté pop corn, il vient probablement un peu de toi, papa. 😉

En ce début du mois de juillet, voici ce que je souhaite faire cet été…

Manger de la barbe à papa lors d’une fête foraine
Marcher pieds nus dans le sable
Trouver une bonne recette de burger végétarien
Réussir la nage papillon (c’est ma fille qui m’a lancé ce défi, elle a dit qu’elle allait m’aider)
Visiter un nouveau marché public
Déguster un lobster roll
Préparer des popsicles maison
Passer une après-midi à lire des livres de cuisine
Aller cueillir des fraises
Mettre à jour ma conférence pour les étudiants en nutrition
Faire de la limonade maison
Finalement, poser mes rideaux dans la cuisine
Imprimer des photos de voyage
Recevoir des amis à souper
Aller voir un spectacle en plein air
Faire une randonnée en montagne avec pique-nique au sommet
Manger des crevettes de Matane, à Matane
Essayer les food trucks de Montréal
Faire du pesto avec le basilic de mon jardin
Atteindre plus de 400 «like» sur ma page facebook
Commencer à écrire mon livre….

Je ne réaliserai probablement pas 100% de ma liste, je ferai aussi d’autres choses mais pour savoir ce que je ferai de mon été, vous pouvez me suivre…..

PS. J’ai eu l’idée de ce billet en lisant celui de Eve Martel sur son blogue, Tellement Swell.

Fière d’être nutritionniste!

Le 19 mars, c’est la journée des diététistes-nutritionnistes.

Cette journée, piloté par l’Ordre professionnel des diététistes du Québec a pour objectif de promouvoir de saines habitudes alimentaires et de faire connaître au public les services professionnels offerts par les diététistes/nutritionnistes.

Comme nutritionniste, j’ai le goût de vous parler de ma fierté d’être nutritionniste !

En fait cette chronique me trotte dans la tête depuis une semaine.

L’idée a commencé en lisant sur mon fil d’actualité Facebook, une nouvelle de mon amie Geneviève Nadeau nutritionniste :
Elle fait partie des 3 finalistes du concours Arista de la jeune chambre de commerce de Montréal ! Une soirée sous le thème : L’audace d’innover !
j,m facebook
Je me suis mise à penser à tous ces moments de fierté qui passent rapidement au fil des jours. Je vous fais mon petit palmarès, une liste non exhaustive de moments de fierté !

L’an dernier, Alexendra Leduc, une collègue nutritionniste de Québec, a été nommée, jeune femme de mérite, 2013, au concours Femmes de mérite de la YWCA Québec. J’aime!

La veille du jour de l’an, Bernard Lavallé, Le nutritionniste urbain passe une heure à parler nutrition et résolution avec l’animatrice de RDI matin. J’aime!

Depuis plus d’un an, à chaque fois que je visite une librairie, je pars avec un livre écrit par une nutritionniste. En plus, il y a toujours un livre d’une collègue dans le palmarès des meilleurs vendeurs. Bientôt, il me faudra une autre bibliothèque dans mon bureau !

Le blogue d’une nutritionniste, Simone Lemieux, figure dans le palmarès des meilleurs blogues de science de 2013, et oui la nutrition est une science. Avec la multiplication des blogues sur le web, il est bon de se rappeler que les nutritionnistes-diététistes nous avons une formation universitaire en science.
Et nos intervention dans le monde des communications nous permet d’adapter la science à la fourchette! C’est d’ailleurs Le nom d’un blogue, créé par 2 nutritionnistes, Annie Ferland et Nadine Bonneville. J’aime!

Sur une note plus personnelle, je suis fière quand des journalistes me contactent pour avoir l’heure juste sur la place du gluten dans notre alimentation ou sur l’impact du prix des aliments sur la qualité de ce que nous mangeons.

Les nutritionnistes dans les médias, c’est la pointe de l’iceberg de nos activités professionnelles. Mais le travail des nutritionnistes c’est beaucoup plus !

J’ai posé la question au diner à mes collègues du CSSSS, vous qu’est-ce qui vous rend fière d’être nutritionniste? Voici leurs réponses :
Pour Valérie, qui voit des patients à domicile, c’est de participer au retour à la santé : accompagner des gens qui terminent leurs traitements de chimio, qui sont alimentés par gavage et qui sont incapables de manger, les voir prendre du mieux et reprendre une alimentation normale.
Pour Julie, se faire demander par un médecin : quel est le meilleur moyen d’alimenter ce patient ? peut-il manger ou doit-on le nourrir avec des solutés ? plus c’est complexe, plus elle est fière.
Pour moi, enlever les restrictions inutiles, les gens se privent vraiment de plusieurs bons aliments sans qu’il n’y ait de raison.

Il y a encore beaucoup de moments de fierté. Des nutritionnistes travaillent dans tellement de domaines !

Et vous qu’est-ce qui vous rend fier ?

Mes souhaits pour 2014.

ID-10093826

Le tournant de l’année est le moment de faire des bilans et se fixer des objectifs.

2013 a marqué le début de ce blogue, une belle aventure ! J’y pensais depuis un certain temps, je souhaitais partager un amalgame d’expérience, de conseils pratiques et de recettes. L’arrivée de mes chroniques à la télé m’a donnée le dernier coup de pied pour partir ce qui serait plus qu’un blogue mais un site web.

Je veux remercier toutes les personnes qui m’ont encouragée dans cette aventure et tous ceux qui prennent le temps de me lire. Voir le nombre de visites sur mon site, le nombre de fans qui me suivent sur Facebook ou sur Twitter augmenter est très motivant !
Je vous remercie tous !

Pour vous chers lecteurs, je souhaite une année 2014 remplie de santé et de projets !

Avez-vous réfléchi à vos résolutions….Avez-vous pris la résolution de manger mieux ?

Moi aussi ! Étonnant vous pensez ?

Je pense que le terme «bien manger» et  «manger mieux» est très populaire, surtout au début janvier 😉

Mais soyons honnête,  la définition de «manger mieux» varie beaucoup selon la personne qui vous parlez ! Et, il y a toujours place à l’amélioration dans nos choix.

Je vous invite donc à me suivre encore cette année, je vous prépare des conseils pratiques et de recettes pour manger mieux, selon ma définition. La définition d’une nutritionniste passionnée, à l’affut des nouveautés !

Merci de me suivre,  et je vous souhaite une année 2014 remplie des petits bonheurs de la vie !

Chantal

Image courtesy of Stuart Miles at FreeDigitalPhotos.net

Leçon sur le Guide Alimentaire Canadien

Chaque printemps, j’ai droit à ma leçon sur le guide alimentaire canadien, c’est une habitude. Le mois de la nutrition guide bien des professeurs. J’ai 2 enfants au primaire. Elles sont bien fières de partager leurs nouvelles connaissances…


Un matin au déjeuner :

En se sortant ce dont elle avait besoin pour son déjeuner :
-Maman, savais-tu que le beurre de pinottes fait partie du groupe de la viande et des substituts?
-Ah oui !
Elle pose le guide sur la table, ça fera office de napperon pour ce matin, elle met le beurre d’arachide dessus et le pot de nutella juste à côté.
Je lui demande : le nutella, il est dans quel groupe?
-Ben dans aucun, c’est pour ça que j’en mets juste un petit peu !
Elle fait le bilan de son déjeuner : j’ai du pain, du beurre de pinottes, je vais prendre un bon verre de jus d’orange.
Toujours aussi naïvement, je lui demande : est-ce que c’est mieux de prendre un verre de jus ou de manger un fruit ?
-C’est bien mieux de manger un fruit, euuu, je vais prendre une banane pis laisser faire le verre de jus !
Voilà pour la leçon 2013 !
Madame Doré, professeure de 2e année, je vous donne un A pour la leçon !
J’espère que les autres enfants auront retenu que manger des fruits c’est bien mieux que je boire du jus ! Et surtout que le message se rendra jusqu’aux parents.

La première année où mes enfants m’ont fait la leçon,
j’ai eu un drôle de sentiment !

Vous serez étonné, mais j’utilise très peu le guide alimentaire canadien.
C’est un outil général, une base pour tous les Canadiens.
Ce n’est l’outil de travail des nutritionnistes.
En fait, je l’utilise rarement,seulement avec ceux qui n’ont pas eu le privilège d’avoir une Madame Doré comme professeur de 2e année !

En consultation avec une nutritionniste, le point de départ c’est VOUS.
Vos besoins, en fonction de votre histoire personnelle, de votre état de santé,
de votre niveau d’activité physique.
Vos goûts, votre philosophie et votre réalité
Vous avez un problème de cholestérol, des troubles intestinaux ?
Vous souffrez de maladie rénale ou hépatique ?
Vous voulez faire un régime pour perdre du poids
Vous voulez tenter le végétarisme
En rencontrant une nutritionniste, vous aurez l’heure juste.
Quels sont les aliments à privilégier ou à éviter.
Des informations basées sur la science.
Des informations qui feront la différence.
En me rencontrant en clinique, vous aurez un guide personnalité, votre guide !